Actions sur le document

Peste porcine africaine : fermeture de l'ensemble de la zone infectée

Peste Porcine Africaine - Infos au 02/10/2019

visuel site web.jpg

 

Comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessus, l'ensemble de la zone infectée est à nouveau fermée à la circulation et ce, dès le 04 octobre prochain jsuqu'au 23 janvier 2020.

Cela ne change rien pour les bois de la commune de Messancy mais les bois précédemment ouverts (Virton, Etalle, Saint-Léger) sont à présent fermés.

Téléchargez ici l'arrêté ministériel.

 

 

 

 

 

 

 

Peste Porcine Africaine
Nous l'avions lu dans les journaux mais, osions-nous croire à un retour des balades en forêt?

Ce 4 avril Monsieur le Ministre René Collin a signé l'arrêté ministériel modifiant diverses mesures temporaires de lutte contre la peste porcine africaine. Le texte autorise, dès le 06 avril prochain, la circulation sur les chemins et sentiers forestiers dans une partie des zones noyau (ZN) et tampon (ZT) (voir carte ci-dessous).

Aujourd’hui, sur les premiers foyers d’infection, les scientifiques et techniciens constatent que l’épidémie est entrée actuellement dans une phase de vigilance. « En concertation étroite avec l’ensemble des acteurs concernés – DNF, DEMNA, AFSCA, l’ULiège Réseau de Surveillance sanitaire de la Faune Sauvage,  les experts de la Commission européenne, …- j’ai pris la décision, explique René COLLIN, d’assouplir les mesures d’interdiction pour permettre aux promeneurs de retrouver leur forêt sur près de 16.000ha supplémentaires. Toutefois, l’interdiction de circulation reste de mise dans les zones proches de la découverte des derniers foyers (14.000ha) à savoir au nord : les forêts de Rulles, Neufchâteau et de Chiny et au sud, les bois d’Ardenne, de Meix-devant-Virton et du Grand Bois »

Le Ministre insiste, sous peine de sanctions, sur le respect strict des dispositions réglementaires suivantes : 

  • Promeneurs
    • Emprunter uniquement les chemins et sentiers forestiers ;
    • Tenir en laisse les animaux de compagnie. 
  • VTT & Cavaliers
    • Emprunter uniquement les sentiers balisés et les chemins.
  • Principes généraux : l’interdiction
    • de cueillir les produits de la forêt ;
    • de jeter des déchets ;
    • d’exploiter la forêt (à l’acception des mesures adoptées dans le cadre de la gestion des scolytes) ;
    • de visiter une ferme durant les 72 heures qui suivent une balade en forêt.

 

Il est par ailleurs demandé :

  • de désinfecter ses chaussures & VTT à la javel ;
  • de ne toucher aucune carcasse ou sanglier désorienté et d’avertir de la découverte le Call Center de la Wallonie, le 1718.

Des mesures de contrôle particulières sont prévues dans toute la zone concernée.

Une communication globale à destination du grand public sera diffusée dans différents médias. Des informations plus complètes sur la PPA sont disponibles sur le portail de la Wallonie – wallonie.be. Un affichage spécifique, en 3 langues, sera disposé à l’entrée des chemins et sentiers forestiers autorisés à la circulation. Les Maisons de Tourisme ainsi que les syndicats d’initiative des différentes localités concernées assureront un relais efficace pour conseiller au mieux touristes et promeneurs sur les itinéraires.

René COLLIN a également reçu de nouvelles informations du Réseau de Surveillance Sanitaire de la Faune Sauvage en Wallonie sur l’état des lieux des analyses effectuées dans le cadre de la gestion de la peste porcine africaine.

A ce jour, 2.149 sangliers ont été prélevés. 719 carcasses se sont révélées viropositives.

651 sangliers ont été tirés dans le périmètre infecté. 131 sangliers ont été piégés et 55 abattus lors d’opération de tirs de nuit.

001_ppa.jpg

002_ppa.jpg

Lire ici le texte de l'arrêté ministériel du 04 avril 2019

 


 

ppa nouvelle carte au 15.10.jpg

UP DATE au 14/11/2018

Les mesures reprises ci-dessous sont prolongées jusque mi-janvier.

 

UP DATE au 22/10

Dans la zone où la circulation en forêt est autorisée, pour rappel, il est interdit d'y aller la nuit et dès la tombée de la nuit. En effet, les chasseurs ont l'autorisation de tirer les sangliers à partir d'une heure avant le coucher du soleil. Soyez prudents, évitez de vous promener, de courir, etc. après ce moment-là.

 

Le 14 septembre dernier, le Ministre COLLIN faisait adopter par le Gouvernement wallon un arrêté définissant un périmètre de 63.000 hectares. Cette zone a été établie par la Commission européenne après discussions avec le SPW et l’AFSCA sur base de la localisation des deux premiers sangliers positifs retrouvés.

Différentes mesures, validées par la Commission européenne, ont été appliquées jusqu’au 14 octobre afin d’éviter toute propagation du virus au-delà du périmètre, à savoir :

  • L’interdiction de toute forme de chasse et de nourrissage ;
  • L’interdiction de circulation en forêt ainsi que de toute forme d’exploitation forestière afin d’éviter tout risque de propagation accidentelle par l’homme.

A ce jour, 139 sangliers ont été prélevés dont 111 dans le périmètre infecté. 79 carcasses se sont révélées viropositives. Ces dernières se concentrent essentiellement autour des villages de Buzenol, Ethe ainsi qu’au niveau du camp militaire de Lagland.

Les sangliers prélevés en dehors du périmètre (28) sont tous négatifs.

« Ces mesures, relate René COLLIN, poursuivaient l’objectif prioritaire d’éradiquer le virus en empêchant notamment sa propagation tant par le déplacement de sangliers que par le facteur humain. Force est de constater que cet objectif semble rencontré même si aucune certitude ne peut être posée ».

3 zones

L’ancien périmètre de 63.000 hectares est désormais scindé en 3 zones spécifiques répondant chacune à des impératifs précis.

Zone noyau – 12.562 ha

  • Interdiction de chasse, de nourrissage, de circulation et d’exploitation de la forêt ;
  • Recherche active des carcasses de sangliers, qui sont analysées systématiquement.

Zone tampon – 29.183 ha

  • Interdiction de chasse, de nourrissage, de circulation ;
  • Exploitation forestière sur base de dérogations individuelles réservées aux professionnels ;
  • Recherche active des carcasses de sangliers, qui sont analysées systématiquement ;
  • Installation d’un réseau de clôtures.

Zone d’observation renforcée – 21.101 ha

  • Interdiction de nourrissage ;
  • Recherche active des carcasses de sangliers, qui sont analysées systématiquement ;
  • Interdiction de tous les modes de chasse pour les sangliers et les autres espèces gibiers à l’exception de la chasse à l’affût, à l’approche ainsi que les battues silencieuses ;
  • Signalement obligatoire de tout sanglier retrouvé mort qui sera analysé ;
  • Obligation pour les titulaires de droit de chasse d’organiser la destruction des sangliers sur leur territoire notamment par l’autorisation du tir de nuit. Un constat de tir/mortalité devra être dressé par un agent de l’Administration pour chaque sanglier abattu ;
  • Obligation d’avoir suivi une formation aux règles de biosécurité pour pouvoir chasser et détruire ;
  • Extraction des sangliers chassés par les professionnels ;
  • Analyse des sangliers tirés sur base d’échantillonnage ;
  • Circulation et exploitation forestière autorisée en journée uniquement.

Le territoire wallon entourant ces 3 zones fait l’objet de mesures de vigilance :

  • Autorisation de chasse, de circulation et d’exploitation forestière
  • Surveillance passive ;
  • Recherche active des carcasses de sangliers qui sont analysées systématiquement ;
  • Signalement obligatoire de tout sanglier retrouvé mort qui sera analysé ;

Au-delà de ces zones, chaque sanglier retrouvé mort doit être signalé, notamment par l’entremise du Call center 1718 de la Wallonie. L’individu sera enlevé et analysé.

« Les mesures prises sont prolongées jusqu’au 14 novembre prochain. Elles visent à finaliser l’extraction des carcasses qui sont autant de foyers de contamination,  à freiner la propagation du virus par l’installation stratégique de clôtures ainsi qu’à réduire drastiquement la densité de sangliers pour éradiquer le virus.

Clôturer dans la stratégie avalisée par la Commission européenne, poursuit René COLLIN, ne signifie pas isoler ou confiner un territoire donné. Mais la clôture disposée à des endroits stratégiques est un outil complémentaire de gestion permettant la fragmentation du territoire en freinant les déplacements des sangliers. Dès ce mardi, les premiers dispositifs seront en cours d’installation.

La destruction des sangliers peut maintenant être activée dans la zone d’observation renforcée. Par ailleurs, au sein de cette même zone la circulation et l’exploitation forestière sont de nouveau autorisées mais uniquement en journée. Par rapport au secteur forestier, j’ai prévu dans la zone tampon la possibilité que les professionnels de la forêt obtiennent des dérogations individuelles auprès du DNF dans des conditions strictes au niveau biosécurité. A nouveau, j’en appelle à la responsabilité citoyenne pour une mobilisation efficace et sans faille face au virus ». 

Pour rappel, le Ministre a présenté le mécanisme de soutien aux 60 éleveurs porcins concernés. L’aide annuelle est calculée sur base du nombre moyen d’animaux présents sur l’exploitation multiplié par le montant moyen d’indemnisation fixé par catégories d’animaux (porcs de reproduction ou d’engraissement) et par filières (standard, bio, plein air ou vente directe), déduction faite des éventuelles assurances revenus. L’indemnisation régionale doit permettre de compenser les pertes de revenus liées d’une part aux obligations de quarantaine et d’autre part à l’interdiction de repeuplement des exploitations porcines ainsi qu’aux difficultés économiques liées à toute autre mesure imposée en vue de lutter contre la peste porcine.

carte globale.jpg

 

Actions sur le document